jan 302014
 

innovatronix-explorer-xt3

L’explorer Xt3 est une batterie autonome qui vous permet de brancher vos flashs de studio dessus. En ce moment, tous les constructeurs de flashs de studio présentent leur nouveau modèle de générateur autonome ou monobloc autonome. En ce qui me concerne 95% du temps je suis branché sur le secteur et 5% du temps je souhaiterais avoir une solution autonome, souvent je ne le sais pas à l’avance et ne peut donc pas louer au cas où j’en aurais besoin. Je précise aussi que en tant que photographe corporate, je me déplace avec le matériel. Les solutions proposées par les constructeurs me convenaient à moitié, le tout autonome trop cher par rapport à mes besoins. Je me suis tourné vers le Explorer XT3 pour y brancher des monoblocs Broncolor.

cyril-bruneau-photographeJ’ai pu brancher un monobloc 1500 joules.Vous pouvez brancher jusqu’à 2400 joules et 800W en continu. En général j’ai entre 60 et 120 éclairs. C’est une solution pratique qui dépanne, la première moitié des éclairs est de bonne qualité et plus on va vers la fin de la charge et plus il faut attendre entre les éclairs. Lorsqu’il est bien chargé le temps entre 2 éclairs est inférieur à une seconde en dessous de 1000 joules puis ça se dégrade au fur et à mesure. Voici les temps de recharge et le nombre d’éclairs en fonction de la puissance donnés par le constructeur (les chiffres sont très optimistes). Pour rappel 1ws=1joule:

Innovatronix

Il faut compter entre 3 et 8 heures pour recharger la batterie.

Comme vous pouvez le constater ce n’est pas la solution miracle mais elle est tout de même assez efficace et peut aider dans de nombreux cas. Elle a l’avantage d’être assez polyvalente.

Il est livré avec une sacoche ce qui est très pratique car cela permet de le porter en bandoulière (11kg quand même !) ou pour s’en servir comme gueuze. Il y a aussi des câbles pour le recharger sur secteur et sur allume cigare. Le tarif est de 830€HT. Vous pouvez le trouver sur le site du constructeur ou chez Prophot.

nov 052013
 

Triggersmart

 

Triggersmart a mis au point un système pour déclencher un appareil photo ou un flash de 3 manières différentes.

1) Par la rupture d’un faisceau lumineux infrarouge:
Ce qui est très utile en photo animalière, l’appareil se déclenche dès qu’un animal passe à travers le faisceau. Un tel système, il n’y a pas si longtemps demandait quelques bidouilles.

2) Par la variation d’intensité lumineuse
L’appareil se déclenche par exemple lors d’une explosion

3) Par la variation d’intensité sonore
L’appareil se déclenche avec le bruit d’une balle, une explosion…

Chaque fois vous pouvez régler l’intensité du signal minimum pour que l’appareil se déclenche ainsi que le délai de déclenchement. Quelques petits tests s’imposent pour être sûr d’attraper le bon moment. Le Kit vaut environ 330€TTC.

Vous pouvez avoir plus d’explications sur Kelvin Blog

Vous pouvez vous le procurer chez Kevin Pro ou sur Amazon

 

nov 032013
 

Canon_logo

Un travail comme celui de Salgado sur Genesis pendant huit ans ne se fait pas sans partenaires et financement. Un de ses partenaires est la marque Canon. Comme tout retour des choses Salgado a du parler des bienfaits de son matériel. Il l’a fait notamment dans Paris-Match. Canon en a fait un tiré à part et l’a distribué dans toutes les boutiques photos. On y apprend que la partie numérique de Genesis a été faite avec Eos 5D mark III et que Salgado était content de la résistance au froid et à l’humidité de ce boitier.  Le 5D mark III est tropicalisé et j’ai eu l’occasion de travailler avec à des températures de -26°C  et c’est moi qui avait plus de problèmes que mon boitier. On apprend également que le boitier est extraordinaire en basse lumière…. et bla bla bla. En résumé un vrai article de propagande car Salgado ne parle d’aucun problème qu’il a eu avec le matériel, pourquoi il a abandonné le Leica… Tout est extraordinaire !! Tout est fantastique dans le monde de Canon ! Ça fait publi reportage dans un journal comme Paris-Match, ça ne fait pas très sérieux et ça fini par décrédibilisé tout le monde Canon, Paris-Match et Salgado.

jan 312013
 

ZOOM CANON 24-70/2.8 L II

 

Le nouveau Zoom Canon 24-70/2,8 L II est arrivé il y a quelques mois et remplace son prédécesseur. C’est un objectif très utilisé par les professionnels et c’est pour beaucoup de photographes un des « indispensables ». Le problème est que Canon fait passer le prix du zoom de 1400€ à 2300€TTC. Mon ancien 24-70mm est passé au SAV et la réparation dépassait la valeur « Argus ». Je me suis posé la question de savoir si je le réparais pour 900€ ou est-ce que j’allais acheter le nouveau zoom Canon dont je trouve le prix excessif ou si j’allais plutôt opter pour un 24-105 IS.

J’ai donc fait des tests avec le 24-105, et le nouveau 24-70mm. J’ai fait des photos à tous les diaphs, j’ai fait un boulot avec le 24-70. J’ai lu des tonnes tests sur internet qui me paraissent assez rigoureux et voici mes conclusions.

En ce qui concerne l’aspect extérieur, il fait plus plastoc que son prédécesseur mais il est devenu plus étanche à la poussière et l’humidité. Il est plus léger. Le paresoleil est beaucoup plus petit et c’est vraiment un plus car l’ancien était vraiment encombrant. La partie avant du zoom, celle qui avance quand on change la focale, elle parait beaucoup plus solide sur le nouveau modèle. J’espère que c’est le cas car sur l’ancien, je le ramenais souvent au SAV pour le faire resserrer.

En ce qui concerne ses qualités optiques, il faut préciser qu’on est sur un zoom et pas sur une focale fixe. Le zoom ne peut pas être bon à toutes les focales et à toutes les ouvertures. À 24mm le zoom déforme,on est loin l’aspect rectiligne du 14mm 2,8 Canon.
En revanche ce zoom est assez impressionnant à pleine ouverture où on est net d’un bout à l’autre de l’image et à chaque ouverture les résultats sont assez bluffants pour un zoom. On fait un réel bon en terme de qualité. Il y a un très bon contraste sur l’image.

Un autre détail qui peut passer inaperçu mais qui va être important pour la suite, est le traitement UD et super UD qui garantissent une meilleure netteté de l’image. Ce traitement va être très important pour la nouvelle génération de capteurs qui arrivera sur les prochains boitiers qui auront plus de résolution.
Les tests que j’ai trouvé les plus intéressants (en anglais) et qui confirment assez l’impression que j’ai eu.

Et donc finalement, j’ai décidé d’acheter le nouveau 24-70. Je peux constater que la durée de vie de mes zooms Canon ne dépassent jamais 10 ans.
Je n’y connais rien en réparations, mais j’ai le sentiment que le SAV Canon n’est pas bon marché.  En tout cas lorsqu’on le compare à celui de Nikon il y a beaucoup à redire (c’est un sujet pour nouvel article).

 

jan 302013
 

Canon-6D

Pour ceux qui sont intéressés, il y a une grosse promotion sur le 6D en ce moment, vous pouvez le trouver à 1560€TTC livré au lieu de 2080€TTC. Les lecteurs de ce blog peuvent avoir une réduction de 9€ suppplémentaire avec le code Cadeau WELKPM9A.

Pour rappel, voici quelques points forts du Canon 6D:

  • Capteur plein format de 20,2 millions de pixels
  • Design léger et robuste
  • ISO max. 25.600 (extensible à 102.400)
  • AF à 11 collimateurs de sensibilité jusqu’à -3 IL (valeurs d’exposition)
  • Enregistrement de votre emplacement grâce au GPS*
  • Contrôle à distance et transfert de fichiers via Wi-Fi**
  • Vidéo Full HD
  • (Les specifications détaillées du Canon 6D)

 

(pour rappel en utilisant les liens d’achat vous aidez ce blog)

 

oct 292012
 

 

satis

Le Satis est souvent perçu comme le Salon de la vidéo et comme il y a aussi un Salon de la photo juste avant, les photographes ne pensent pas souvent au Satis. Personnellement j’y vais tous les ans car j’y trouve beaucoup d’informations et beaucoup de matériel très intéressant. Ce que j’aime dans ce salon c’est qu’il est vraiment orienté vers les professionnels.
Je suis très intéressé par la lumière continue et notamment par le HMI et là tous les distributeurs sont présents (contrairement au Salon de la Photo). Des distributeurs des marques Dedolight, K5600… sont particulièrement intéressants.
Il y a aussi beaucoup d’entreprises qui font de la prise de vues avec des drones.

drone

 

Canon et Adobe seront présents mais seront plus accès sur la vidéo qu’au Salon de la Photo. En bref, beaucoup de produits intéressants pour des photographes qui ne font pas forcément de la vidéo et pour les photographes qui en font ce Salon est parfait.

Le Satis à lieu à la Halle Freyssinet 55 boulevard Vincent Auriol, PARIS 13e

Le salon est gratuit, il suffit de s’inscrire sur le site pour avoir un badge.

oct 232012
 

Sanyo-Eneloop-XX-Mignon-AA-2500-mAh

Après avoir testé beaucoup de batteries rechargeables, je me suis tourné depuis longtemps vers les piles de marque Sanyo Eneloop.
J’utilise avec beaucoup de satisfaction les Sanyo Eneloop HR-4UTGA  de couleur blanche. Elles durent vraiment longtemps et fonctionnent très bien avec les flashs. Elles sont en plus livrées avec une boite en plastique ce qui est très pratique pour les transporter.
Depuis la rentrée Sanyo a annoncé une nouvelle série de piles « pour les photographes » , plus puissantes, mieux  adaptées aux besoins de la photographie. Elles sont de couleur noire. Je me suis empressé de tester ces nouvelles piles.
C’est vrai qu’elles tiennent un peu mieux la cadence de recharge des flashs mais ce n’est pas non plus le jour et la nuit.  En revanche, il y a beaucoup de points où elles sont moins bien que les précédents modèles. Le premier qui a l’air de rien mais qui est très pratique c’est qu’elles sont livrées dans un emballage carton et vous n’avez plus cette boite en plastique pour les transporter. Ensuite, elles durent moins longtemps 500 cycles de recharge contre 1800 sur les anciennes. Elles gardent plus de 70% de leur puissance après 1 an alors que les anciennes gardent cette puissance au delà de 5 ans. Un jeu de 4 piles de ce nouveau modèle vaut environ 18€ chez Amazon tandis que l’autre modèle vaut 10€.
Voici un petit tableau qui résume les différences.

piles-eneloop

Sinon ce qui est important avec les batteries c’est le chargeur. En général les chargeurs permettent de recharger vos batteries le plus vite possible en envoyant le maximum de puissance mais ce n’est pas idéale pour les batteries qui préfèreraient moins de puissance pendant plus de temps pour gagner en longévité. Il faut choisir un chargeur qui vous permette ce choix quand vous avez le temps et la pleine puissance quand vous êtes pressé.  Il est recommandé d’utiliser vos batteries par jeux et de garder le même jeu à chaque fois pour éviter qu’une « vieille batterie » vienne baisser le rendement des 3 autres. Car en effet la puissance de votre jeu de 4 batteries s’aligne toujours sur la moins bonne des 4. Ce qui est pratique, c’est d’avoir un chargeur qui vous permette de connaitre la puissance effective de chacune des batteries afin de pouvoir éliminer celles qui ne sont plus bonnes. Je vous conseille un Le chargeur La crosse RS1000 dont j’avais déjà parlé sur ce blog.

oct 152012
 

Thierry Larret, photographe professionnel nous délivre un témoignage intéressant sur son expérience de photographe aux Jeux Olympiques de Londres.
Usain Bolt

« 1er Mai 2011… date de la Dead line pour les accréditations des Jeux Olympiques de Londres. Ma demande d’accréditation  a été renvoyée au CNOS. J’attends fébrilement la réponse.  Les quotas sont peu nombreux pour la France et la proximité de Londres fait qu’il y aura beaucoup plus de demandes. Et en plus … je suis Freelance.

Le 8 juin 2011, un courrier du CNOS arrive… «  Vous avez une accréditation EP ». Je n’ose pourtant pas y croire, je me dis qu’il doit s’agir d’une présélection. Un coup de fil au CNOS me rassure et me confirme que mon accréditation est bien accordée, définitive, et pour tous les sports (EP). Yessss !!  Un rêve qui se réalise. Pour un photographe de sports, les Jeux olympiques représentent le graal. Les Jeux sont encore dans un peu plus d’un an et je suis déjà très excité. Je sais que ça va être dur, très dur. Tous les meilleurs photographes de la planète sport seront présents avec des moyens colossaux. Je suis distribué par l’agence Maxppp… qui distribue aussi d’autres agences Européennes et mondiales. Mes photos vont donc se retrouver noyées au milieu d’un flux impressionnant d’images. Je ne m’attends pas à gagner beaucoup d’argent sur les jeux, il me faudra avant tout couvrir et rembourser mes frais, qui sont à ma charge. (Eurostar, hébergement, nourriture, connexion internet, voila de quoi bien entamer un budget). Je me fixe comme objectif d’en profiter un maximum et de ne pas me mettre de pression, tout en n’oubliant pas que je ne suis pas en vacances et que je suis professionnel. 27 juillet 2012, je quitte l’Auvergne pour la capitale et quelques heures plus tard, me voilà à Londres. Déjà la Gare de Saint Pancras bouillonne.

Teddy Riner

Des policiers, des militaires, des bénévoles sont omni présents et accueillants. Me voila à l’entrée du village Olympique, où tout commence par un passage des bagages au scan avec inspection minutieuse par les militaires. Il en sera de même tous les jours et même plusieurs fois par jour, à chaque entrée sur les différents sites de compétition. Après avoir récupéré mon accréditation, direction le Main Press Center. C’est immense ! Chaque photographe doit porter un gilet photo numéroté durant toutes les compétitions. Je récupère le miens, le numéro 1895 est dans la place !! Direction l’assistance Pro Canon, histoire de faire nettoyer les capteurs de mon Mark IV et de mon 7D. En échange, Canon me prête un autre Mark IV et surtout le nouveau DX, dont j’avais pu lire sur le net et dans la presse qu’il s’annonçait plus que prometteur. Apres l’échec du Mark III, Canon n’avait aucun droit à l’erreur. Durant les 15 jours des JO, j’ai pu garder le DX, un pur bonheur. Je n’ai pas pu (pas voulu…) tester toutes ses possibilités. Il n’est pas évident de prendre un boitier nouveau pour des reportages qui plus est au JO, et j’ai fait le choix de ne pas l’exploiter à fond  voulant jouer la carte de la sécurité. Ce boitier m’a (enfin) réconcilié avec Canon et surtout avec son autofocus. Ce DX est une tuerie, surtout associé aux optiques récentes. Les 300, 400 500 mn sont beaucoup plus légers. J’ai aussi eu l’occasion d’utiliser plusieurs jours le 200/400 avec l’extendeur intégré (il y avait peu d’exemplaires à Londres). C’est énorme !!! Cet optique est excellente et offre énormément de polyvalence notamment sur les JO, où l’on ne peut quasiment pas se déplacer. Associé au DX, c’est l’arme fatale !! Le prix, pas encore annoncé devrait être lui aussi fatal … j’ai également pu tester le nouveau 5D Mark III. Je l’ai peu utilisé car je l’avais en 3ème boitier quelques jours. Je pense qu’il va très vite remplacer mon 7D… si je vends celui-ci rapidement.

Ping-pong-jo

En tout cas l’assistance Canon Pro sur les grands événements est très appréciable et incroyablement réactive. La quantité de matériel de prêt est impressionnante, tout comme le nombre de DX qui ont pu circuler durant cette quinzaine. Les jeux, c’est de nombreuses heures de bus pour se rendre sur les différents sites de compétitions, de nombreuses heures d’attentes sur place, des repas sur le pouce et à des heures improbables et surtout peu d’heures de sommeil. Ma plus grosse nuit à été de 5 heures, la moyenne était de 3 heures. Je savais que ce serait dur… C’est épuisant, d’autant que j’essayais de couvrir 3 sports par jour.Cyclisme, triathlon, BMX, VTT, Kayak, judo, escrime, plongeon, Taekwondo, tennis de table, badminton, water polo, basket, handball, équitation, tir au pistolet, Ball-trap, gymnastique, athlétisme (le 100 et 200 mètres, tout simplement impressionnant) et Hockey sur gazon (j’ai adoré) sont les disciplines que j’ai couvert. J’ai regretté de ne pas avoir shooté du Beach volley (surtout féminin) tout comme la lutte et l’haltérophile. Mais il m’a fallu parfois faire des choix de timing, notamment les jours où j’avais des commandes et je ne pouvais couvrir qu’une seule discipline (ce qui était le cas lors du vtt, du Triathlon et du BMX notamment). Coté matos, c’est tout simplement impressionnant.

jeux-olympiques

Chaque photographe travaille avec minimum 2 boitiers, mais souvent 3 ou 4… et parfois beaucoup plus. Les appareils télécommandés sont légions et les Pocket-Wizard sont partout. Les grosses agences avaient même des boitiers pilotés à distances via joystick et écran d’ordinateur. Pour info, pas de moyenne gamme, ils utilisaient des DX pour les Canonistes et des D4 pour les Nikonistes… soyons fou ! Je m’attendais en revanche à voir beaucoup de transmissions wifi en direct du boitier mais le standard (enfin toujours pour les grosses agences) était le câble Ethernet, puisque les boitiers Pro sont équipés de prises. Pour les photographes, les jeux laissent peu de marge de manœuvre. Il y a des emplacements photos où le premier arrivé est le premier servi pour les meilleures places. Et il vaut mieux éviter de sortir des zones photographes, sous peine d’un rappel à l’ordre immédiat. Seules les grandes agences mondiales ont les gilets bleus « Pool » qui leur donnent accès au plus proche de l’action. Frustrant… très frustrant. Les grosses agences disposent d’éditeurs et les photographes n’ont jusqu’ à s’occuper de shooter. Moi (comme beaucoup) j’avais 1à 2 heures d’éditing derrière chaque reportage.

J’ai terminé mes premiers JO, épuisé mais avec des images et des souvenirs plein la tète. J’ai réalisé mon rêve de photographe de sports en couvrant ceux de Londres. La proximité m’a fait tenter l’aventure olympique, et je m’étais dis que ce serait mes seuls jeux. Pourtant dans un coin de ma tète, je commence à regarder les cartes de Rio et pourquoi pas tenter une aventure hivernal dans deux ans du coté de Sotchy, d’autant que la procédure d’accréditation vient d’être lancé et la Dead line est au 4 octobre. »

oct 112012
 

Canon_5D_MarkIII

J’ai testé le Canon 5DmarkIII sur le terrain pendant 5 mois dans de nombreuses conditions. J’ai fait du portrait en studio, du reportage, de la photo événementielle, de la photo de spectacle, du reportage corporate….

Je veux préciser que j’ai l’habitude de travailler avec un Canon 1DSmark III et mark II et que je ne fais pas de vidéo. J’ai un sentiment très partagé sur ce boitier. Si il faut le comparer au Canon 5D markII il est mieux en tout. Il est plus agréable à utiliser, plus rapide, plus fiable au niveau de la mise au point. Si vous possédez un markII, est-ce que cette différence vaut la peine de remettre un billet de 3000€ ou plutôt 1800€ si vous revendez votre ancien boitier ?
Cela dépend évidement de ce que vous faites mais personnellement je pense que oui.

Ce que j’ai aimé dans ce boitier. Il est bien conçu au niveau des menus, l’écran est grand et cela le rend agréable à l’usage. Le point que j’ai préféré dans ce boitier c’est le mode silencieux. Il ne fait presque aucun bruit, il fait penser à celui du Leica M6. Je fais beaucoup de photos de spectacles et c’est un vrai avantage. Je ne connais pas de boitier de cette catégorie aussi silencieux et sur ce point il est devant tout le monde. Lorsque vous faites de la photo dans la rue c’est un plaisir aussi car vous êtes très discret.

L’écran est grand mais il est très flatteur. C’est un avantage si vous montrez vos photos à votre client sur votre appareil, en revanche c’est source d’erreur car vos photos paraissent très nettes et bien contrastées ce qui n’est pas toujours vrai lorsque vous les passez sur votre ordinateur.

Lorsque je compare cet appareil à un Canon de la série 1D, je suis un peu déçu. La proportion de photos vraiment piquées où la mise au point est précise est très faible par rapport à un appareil de cette gamme. Les fichiers sont de moins bonne qualité et nécessitent plus de traitement de post prod. Les fichiers sont assez mous et ils manquent de micro contraste.
Les tons chairs sont souvent très moyens.
Lorsque vous montez en iso élévés (>3200) dans des conditions de lumière difficile (en plein jour il n’y a pas de problème), les fichiers sont souvent moyens (pas toujours, ça serait trop facile), les flous sont bizarres et il y a encore moins de piqué.
J’ai été un peu déçu sur la qualité des fichiers dans certaines conditions et sur  la précision de la mise au point et du coup tout le reste paraît un peu dérisoire.
Le fait que les collimateurs soient gris est vraiment pénible car lorsque vous êtes dans une situation où vous n’avez pas beaucoup de lumière vous cherchez votre collimateur dans votre viseur, vous perdez du temps et c’est également source d’erreur.

Je trouve ce boitier cher pour la qualité qu’il propose et encore plus depuis la sortie du 6D. Un tarif vers les 2000-2500€ aurait été plus acceptable.

Quand on le compare au 1DX on est vraiment pas dans la même dimension. Je vous parlerai du 1DX bientôt.

juin 072012
 

Gitzo GT3542xls

 

Je cherchais un pied photo qui monte haut ! Mon choix s’est arrêté sur le Gitzo GT3542xls. Je l’ai utilisé plusieurs fois dans mon travail et voila ce que je pense de ce pied après plusieurs tests sur le terrain.

Il est solide et stable il monte haut à plus de 2m de haut et descend bas à 10cm. Lorsque je suis avec une crémaillère et ma rotule je monte jusqu’à 2m50.
Il est en carbone et n’est pas très lourd 2,2kg.
Il supporte un poids assez conséquent 25kg ce qui permet d’être tranquille avec de gros téléobjectifs. Il fait vraiment robuste et le système de blocage de la hauteur des pieds est vraiment efficace.
Le carbone a pour avantage aussi de ne pas conduire la chaleur ou plutôt le froid, quand vous êtes dehors et que vous devez tenir un pied en métal glacial c’est pas super agréable et le carbone n’a pas cet inconvénient. Il est livré avec pas mal de petit embouts pour l’extrémité des pieds, c’est vrai qu’il arrive de les perdre. Gitzo vous donne plusieurs modèles d’embouts selon la surface sur laquelle vous posez le pied. Vous allez penser que Gitzo est généreux ? Mais pas tant que ça car si ce pied est très bien ce qui fait mal c’est son prix!!
Il coûte  dans les 870€TTC sans colonne centrale. Il faut rajouter encore 230€TTC pour la colonne soit un total de 1100 €TTC pour un pied sans rotule. Je trouve que c’est important d’avoir un bon pied car on s’en sert toute sa vie mais je trouve le prix un peu exagéré. Il faut que Gitzo se méfie car les chinois commencent à faire de très bonnes imitations de leurs pieds à des prix plus honnêtes.  A part ça si vous avez besoin de monter un peu haut ou de supporter un poids important c’est un pied que je vous conseille.